L’usine, la maire communiste et le fonds de pension…

capture_decran_101216_041212_pm
Sur la table de mémé !

Véninov est un fabricant de toiles cirées, ses nappes Venilia ont recouvert la plupart des tables de cuisine dans les années 60. Au plus fort de son activité, l’usine emploie 1.200 personnes à Vénissieux.

Mais en ce début de 21eme siècle, le marché de la toile ciré n’est plus ce qu’il était et, en 2011, seuls  87 salariés travaillent sur le site.

Le monde bouge et l’économie s’adapte, les produits naissent, et parfois ils disparaissent.

En 2010, une rumeur de cessation de paiement se propage. André Gerin – député à l’époque –  Michèle Picard, maire de Vénissieux, et la GCT organisent un comité de soutien et bloquent la production. Pas la meilleure solution pour faire face à des difficultés économiques, mais tout à fait dans la logique du rapport de forces des “travailleurs” contre le “grand patronat”. Continuer la lecture de L’usine, la maire communiste et le fonds de pension…

L’argent du logement social sur les maillots de l’OL ?

economie___alila__logement_social__devient_un_partenaire_majeur_de_lol_jpg_et_venissieux___alila_et_vilogia_inaugurent_natureo___lyon_po%cc%82le_immo_jpg
La métropole et la mairie financent le promoteur, le promoteur sponsorise le club de foot…

Une précision d’abord : Je n’ai rien contre le logement social ni contre l’OL, bien au contraire !

Mais la récente annonce du sponsoring du “promoteur de logement social” de l’équipe de foot de Lyon ne peut que me faire réagir.

Reprenons :

Depuis de nombreuses années, la construction du logement social est majoritairement faite par des promoteurs privés qui revendent ensuite aux bailleurs sociaux. ça s’appelle la technique de la VEFA – vente en l’état futur d’achèvement – et c’est tout à fait légal.

La VEFA a permis de construire deux fois plus vite que lorsque les organismes HLM le faisaient en direct ; personne ne trouvera à redire à cela.

Mais le système s’est emballé.

Les promoteurs privés ont vu tout l’intérêt qu’il y avait à pré-vendre 25, 50 ou 75% de leur programme. C’est autant de frais de commercialisation en moins !

Certains – comme Alila – se sont même spécialisés dans ce juteux business et font désormais la queue devant les guichets des mairies pour obtenir des permis de construire.

Rien à redire, si ce n’est que le logement social est majoritairement financé par de l’argent public (Etat, Métropole et communes)

Rien a redire, si ces promoteurs de logements sociaux ne dégageaient pas une si belle marge financière qu’ils se permettent de si généreuses opérations de sponsoring (Asvel, OL…)

Rien à redire non plus, si les nouveaux immeubles de logements majoritairement social n’étaient pas si souvent construits dans les quartiers qui débordent déjà de logements sociaux. Demandez aux habitants des Minguettes et vous verrez ce qu’ils en pensent.

Alors quand je vois sur ces photos une maire – anticapitaliste notoire! -, un promoteur et un président club de foot, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’une partie de l’argent public consacré au logement social part en publicité sur des maillots de foot.

Et là, je suis un peu énervé…

 

Cher Thierry (où il est question de mixité dans l’habitat)

thierry_repentin_en_charge_de_la_mixit_sociale1

A l’attention de Thierry Repentin

Monsieur le délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, cher Thierry,

Je profite de votre déplacement dans l’agglomération lyonnaise lundi 4 avril pour me permettre une petite adresse. Oh, rien de grave, rassurez vous…

Je trouve très bien que vous preniez le temps de signer le contrat de mixité sociale avec le maire de Charbonnière les bains. On sait que cette commune est naturellement peu encline à signer des permis de construire pour des vilains HLM et on imagine les subtiles tractations auxquelles les services de l’Etat ont du se livrer pour aboutir à ce fameux contrat. Félicitations donc !

Mais si construire des logements pour les pauvres dans les villes de riches est une louable intention, promouvoir des logements de “moyens riches” dans des villes de pauvres est tout aussi nécessaire !

Jeudi dernier le maire d’une commune de l’agglomération a inauguré en grand pompe une ensemble immobilier dans son centre ville. Une très belle réalisation, de qualité, d’architecture contemporaine, mais … 100% social.

Il n’y aurait rien a redire si cette commune n’était pas Vénissieux, ville qui compte déjà plus de 50% de logements sociaux…

Je crois, cher Thierry, que la mixité sociale dans l’habitat doit être prise par les deux bouts, et qu’il ne faut pas oublier les communes, les quartiers  à fort pourcentage de logements sociaux et dont le développement urbain continue à se faire… avec du logement social !

Car, et vous le savez bien, si des promoteurs privés construisent a Vénissieux, à Givors ou à Vaulx-en-Velin, c’est majoritairement dans le cadre de VEFA, un système devenu complètement fou. La puissance publique paie des promoteurs pour construire des logements qu’ils revendent ensuite en bloc aux bailleurs sociaux sans prendre aucun risque.

Demandez donc à un promoteur privé de commercialiser des logements en zone sensible, demandez à des réseaux de vente de “Pinel” de proposer des produits dans les quartiers… ils vous riront au nez !

Alors comment réintroduire de la mixité  dans l’habitat, cher Thierry ?

Je crois qu’il ne suffit plus de tirer l’oreille aux vilains maires qui ne veulent pas de logements sociaux. Il faut aussi trouver les moyens de contraindre les méchants promoteurs qui ne veulent pas prendre de risque en construisant là où il est plus difficile de vendre.

Vous pouvez les contraindre, vous, le gouvernement, l’Etat.

Il y a des moyens. Par exemple, on pourrait imaginer conditionner la délivrance d’un permis de construire à un promoteur à Ecully  – j’ai entendu dire que ça se vendait bien là bas - à la réalisation d’un programme non social à Vénissieux.

Ca, ça aurait de la gueule, ça montrerait le véritable effort d’une agglomération en faveur de la vraie mixité dans l’habitat.

On en parle ?

Etrangers, faites la queue (numérique) !

pour lbk
il va falloir attendre… longtemps !

 

Depuis 2015, les préfectures demandent aux personnes étrangères de prendre rendez-vous par internet pour leurs démarches de demande ou de renouvellement de titre de séjour.  

A priori, c’est moderne,  efficace, et surtout, ça évite de voir se constituer des queues d’étrangers devant les préfectures.

Mais cette dématérialisation des procédure prive de nombreuses personnes étrangères précaires de l’accès au service public.

C’est ce que vient de prouver La Cimade dans une vaste étude sur toute la France (Lire ici)

Derrière l’apparence de la modernité,  des personnes se retrouvent dans l’incapacité de faire seules leurs démarches, faute d’accès à internet, mais surtout en raison des délais invraisemblables pour obtenir un rendez vous.

On apprend grâce à cette étude, qu’à Vénissieux, dans 76% des cas, il est tout simplement impossible d’obtenir un rendez vous !

Seuls 22% des demandeurs peuvent espérer un rendez vous dans un délais compris entre un et deux mois.

On ne s’y prendrait  pas autrement pour décourager les étrangers d’être en règle vis à vis de la loi !

Bien sûr, Le projet de loi relatif au droit des étrangers qui instaure la délivrance d’une carte de séjour pluriannuelle valable jusqu’à quatre ans après douze mois de séjour va à terme remplacer la carte d’un an renouvelable chaque année.

Cela permettra de réduire le nombre de personnes concernées et peut être la durée d’attente.

Mais cela n’enlève rien à la pertinence de l’étude de la Cimade et au scandale de la situation.

On espère que la municipalité, toujours prompte à dénoncer les injustices, saura se saisir de cette question et obtenir des services du préfet un service de meilleure qualité à Vénissieux

Un sur deux (mais vous allez vous bouger, oui ?)

isoloirsLa claque… Les résultats du premier tous aux régionales sont une claque pour tout démocrate, qu’il soit de gauche, vaguement progressiste, écologiste ou même simplement conservateur. Le score du Front National est, il faut le reconnaître, impressionnant. Plus de 6 millions de voix, 28 % des suffrages exprimés, la vague est malheureusement forte.

Les chiffres sont terribles, mais ils restent abstraits. Pour mieux se rendre compte de la situation,  il faut se dire qu’un adulte sur quatre environ vote pour Marine Le Pen.

On y pensera demain lorsque l’on saluera son quatrième collègue, lorsque l’on fera la bise à notre quatrième copine, quand on se retrouvera à quatre dans un ascenseur… Statistiquement, un de ceux là vote pour le FN !

Mais quitte à parler statistiques, on peut aussi se pencher sur un autre groupe : les abstentionnistes. Ils sont 50% des inscrits. Un sur deux qui ne s’est pas déplacé, qui s’en fout, qui s’en balance que Le Pen fille ou nièce prenne le pouvoir dans les régions.

Un électeur sur deux, ça en fait du monde !

Et forcément chacun en connaît, et plus d’un. Alors on peut, nous aussi, s’en foutre, se dire que ceux-là sont perdus pour la République, qu’ils n’ont jamais voté et qu’ils ne voteront sans doute jamais, Et que d’ailleurs, s’ils se mettent à voter, qui dit qu’ils ne choisissent pas les deux blondes ?

On peut se dire ça, mais alors il faut reconnaître notre défaite totale. Absolue. Définitive.

Ou alors, on peut réagir. Mais vraiment. On connaît tous une dizaine d’électeurs. ça fait 5 abstentionnistes en puissance.

Passer 10 coup de fil pour s’assurer qu’ils aillent bien voter dimanche, c’est pas bien compliqué. c’est pas bien cher. Et puis ça fait du bien à la démocratie. Alors vous je ne sais pas, mais moi, les coups de téléphones à mes amis et connaissances, je m’y mets tout de suite !

un militant et le congrès

CongresEn avril 2015, le Parti socialiste a eu 110 ans, et en juin prochain, à Poitiers, il tiendra son 77ème Congrès. Un congrès c’est un moment important d’élaboration d’une orientation politique, d’une stratégie et de désignation d’une direction. C’est aussi un lieu de débats intenses, riches, parfois passionnés…

Avant la tenue même du congrès, chaque militant peut signer une des motions proposées au débat. Pour notre prochain congrès, 4 textes sont en discussion. Il s’agit à chaque fois d’une analyse et d’un projet socialiste de transformation de la société. Si des sensibilités particulières peuvent s’exprimer dans telle ou telle motion, nous nous retrouvons bien tous sur les valeurs socialistes communes qui sont les nôtres.

Tête de liste aux dernières élections municipales et secrétaire d’une section importante à Vénissieux, je ne pouvais pas ne pas m’engager avant le congrès. J’ai donc signé la motion présentée par Jean-Christophe Cambadélis  et intitulée “Le renouveau socialiste”.

Après mures réflexion, il m’a en effet semblé qu’à deux ans des prochaines élections présidentielles, l’unité du parti devait primer. Continuer la lecture de un militant et le congrès

Le « ni-ni » de Madame Picard

Michele-PicardAu début de chaque mandat, le conseil municipal doit désigner ses représentants dans les associations et les commissions. Pour ces dernières (commission d’appel d’offres, conseil d’administration du CCAS) la loi prévoit que leurs membres sont désignés au scrutin de liste à la représentation proportionnelle au plus fort reste.

Ce mode de scrutin permet à la fois de dégager une majorité et de représenter les minorités. Sauf dans certains cas… Continuer la lecture de Le « ni-ni » de Madame Picard

Petit message de racisme ordinaire

1Dans le cadre de la campagne électorale, j’ai été amené à écrire à des électeurs pour leur dire combien leur vote était important pour les prochaines élections municipales.

J’ai globalement eu de bons retours de ce courrier, les vénissians se sentant plutôt touchés qu’on leur écrive personnellement.

Mais tous n’ont pas eu la même réaction. Le numéro de téléphone indiqué sur mon courrier a reçu plusieurs appels d’insultes assez ordurières. Continuer la lecture de Petit message de racisme ordinaire

Déjeuner en paix

cantineLe maire UMP de Chalon-sur-Saône a décidé de supprimer les menus de substitution dans les cantines scolaires de sa ville. Au nom de sa lecture de la laïcité, cet élu a décidé de revenir sur une pratique très ancienne qui permettait à tous les enfants de sa ville de déjeuner ensemble, quel que soit le menu du jour.

Nicolas Sarkozy  lui a immédiatement  apporté un soutien «Si vous voulez que vos enfants aient des habitudes alimentaires confessionnelles, vous allez dans l’enseignement privé confessionnel ».

En réponse, Najat Valaud Belkacem à condamné une décision “politicienne” et “démagogique”. L’observatoire de la laïcité, a de son coté rappelé que la laïcité ne pouvait pas conduire à “refuser la diversité de menus”

Et re-voila nos gamins pris en otage ! Continuer la lecture de Déjeuner en paix