FRANCE-POLITICS-GOVERNMENT-SENATE

Suppression de la taxe d’habitation : Récompenser les mauvais élèves

La suppression de la taxe d’habitation était inscrite dans le programme d’Emmanuel Macron. Cette promesse était justifiée par le fait que cet impôt local est particulièrement injuste et que personne n’était arrivé à le réformer depuis plus de 30 ans.

Il n’y a donc pas de surprise pour que cet engagement soit ré-affirmé lors de la récente conférence des territoires organisée au Sénat.

Il n’y a pas non plus de surprise à entendre les nombreux nouveaux maires de droite, élus en 2014, s’insurger contre cette “odieuse atteinte à l’autonomie fiscale des communes” et crier à “l’insupportable remise en cause de la libre administration des collectivités locales”.

La plupart de ces nouveaux maires se sont fait élire en promettant une baisse des impôts locaux, thématique visiblement porteuse chez leurs électeurs.

Pour eux, c’est un peu la double peine : Ils ont sans doute dû faire des efforts dans la gestion de leur collectivité, reporter certains investissements, rationaliser leurs dépenses de fonctionnement pour arriver à baisser de quelques points la fiscalité locale.

Des décisions compliquées mais qui devaient s’accompagner de dividendes électorales lors des prochaines élections  : “Revotez pour moi, j’ai tenu ma promesse de baisse des impôts

Et patatra…

Avec la suppression de la TH pour 80% des foyer, tous ces efforts ne seront même plus perçus par leurs électeurs.

Pire. La dotation de compensation qui sera versée par l’Etat sera sans doute calculée sur le produit de la TH de 2015 ou 2016, les premières années de baisse des impôts.

Un maire qui perd à la fois un bénéfice politique espéré et qui voit ses recettes figées à leur étiage n’est forcément pas content !

A l’inverse, la suppression de la TH n’est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde.

prenons au hasard... Michèle Picard !
Prenons au hasard… Michèle Picard !

Prenons un maire peu attentif à la gestion de sa commune et encore moins à la satisfaction de ses administrés… Prenons le maire de Vénissieux par exemple !

Avec une masse salariale dépassant les 60% de son budget, un tel maire est financièrement étranglé.

La bonne solution serait de réduire son fonctionnement, mais cela signifierait se séparer de salariés qui sont autant d’obligés pour sa ré-éelection.

La maire de Vénissieux a donc opté pour une recette moins vertueuse, mais qui marche depuis longtemps : Augmenter fortement les impôts en début de mandat et espérer que ses « braves » électeurs auront oublié 5 ans plus tard.

C’est ainsi que les vénissians, qui comptent parmi la population la plus pauvre de l’agglomération lyonnaise, ont vu leurs impôts locaux augmenter de 5% en 2015 !

L’annonce de la suppression de la Taxe d’habitation est un double cadeau fait par ce gouvernement à madame Picard.

Non seulement les vénissians n’auront plus à se souvenir du coup de bambou fiscal de 2015 puisqu’ils ne paieront plus, dans leur immense majorité, de TH en 2020, mais en plus, la mairie de Vénissieux voit sa dotation de compensation fixée à un niveau élevé grâce à l’augmentation du début de mandat.

Et c’est ainsi qu’une décision prise par un gouvernement honni par les communistes locaux va doublement leur bénéficier !

Inutile d’espérer attendre des remerciements de leur part, on a rarement vu des mauvais élèves se glorifier d’une erreur de notation à leur bénéfice…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>